222Lorem ipsum dolor sit, amet consectetur adipisicing elit. Distinctio consequatur saepe ab quae
dolores, ut fuga voluptatibus reprehenderit nam eaque libero quidem nesciunt id modi aliquid
odit culpa numquam officia.

En savoir plus!

Lorem ipsum, dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Laborum officia impedit expedita ullam explicabo debitis, labore commodi beatae consectetur autem doloribus, quaerat dolore architecto nesciunt nobis ab praesentium, quas velit consectetur adipisicing elit. Laborum officia impedit expedita ullam explicabo debitis, labore commodi beatae consectetur autem doloribus, quaerat dolore architecto nesciunt nobis ab praesentium, quas velit consectetur adipisicing elit. Laborum officia impedit expedita ullam explicabo debitis, labore commodi beatae consectetur autem doloribus, quaerat dolore architecto nesciunt nobis ab praesentium, quas velit consectetur adipisicing elit. Laborum officia impedit expedita ullam explicabo debitis, labore commodi beatae consectetur autem doloribus, quaerat dolore architecto nesciunt nobis ab praesentium, quas velit.

Notre Fusion Dino Venezia

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. In odit sunt nam vero tenetur corporis maxime, iste accusamus minus. Accusamus architecto pariatur eum quo tempora dolorem possimus quas eligendi. Accusamus architecto pariatur eum quo tempora dolorem possimus quas eligendi

En savoir plus!

Audit

Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut quaerat obcaecati aliquid vitae sequi. Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Découvrir plus

Expertises et conseil

Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut quaerat obcaecati aliquid vitae sequi. Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Découvrir plus

Nos Services

Fiscalité

Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut quaerat obcaecati aliquid vitae sequi. Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Découvrir plus

Comptabilité

Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut quaerat obcaecati aliquid vitae sequi. Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Minus illo illum dolor culpa dolores. Accusamus quos deleniti recusandae atque laborum fugit qui, ab fugiat, ut, quaerat obcaecati aliquid vitae sequi Découvrir plus

Fidag
en Chiffre

Soudsad

98400

asdjaskld jasdklasjdlas

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Amet voluptatum veritatis facilis aliquam ea tempora sapiente voluptas, obcaecati molestiae aperiam dolores omnis voluptates distinctio! Necessitatibus non quis fugit nobis ducimus!

368

lorem impusdjasd asd

Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Ab soluta velit magni illo dicta, optio repudiandae distinctio rerum eligendi nemo dignissimos magnam. Quasi eum molestiae autem expedita nobis fugiat ipsa.

25%

lorem impusdjasd asd

Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Ab soluta velit magni illo dicta, optio repudiandae distinctio rerum eligendi nemo dignissimos magnam. Quasi eum molestiae autem expedita nobis fugiat ipsa.

8749

lorem impusdjasd asd

Lorem, ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. Ab soluta velit magni illo dicta, optio repudiandae distinctio rerum eligendi nemo dignissimos magnam. Quasi eum molestiae autem expedita nobis fugiat ipsa.

Lorem Ipsum

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipisicing elit. In odit sunt nam vero tenetur corporis maxime, iste accusamus minus. Accusamus architecto pariatur eum quo tempora dolorem possimus quas eligendi. Accusamus architecto pariatur eum quo tempora dolorem possimus quas eligendi

PLUS SUR NOTRE RESEAU INTERNATIONAL

News

Guide des démarches à entreprendre pour votre entreprise
Guide des démarches à entreprendre pour votre entreprise
Guide des démarches à entreprendre pour votre entreprise

Retourner aux actualités

Guide des démarches à entreprendre pour votre entreprise

8 points pour limiter les conséquences économiques de la crise du coronavirus

Pour limiter les effets de la crise économique du coronavirus sur votre entreprise, de nombreuses mesures ont été prises. Vous retrouverez ici toutes les informations et les démarches à accomplir en un clic.

26.03.2020

1. Avez-vous des employés ?

CDI - CDD - Temporaires - Apprentis

Mettez en place la réduction de l'horaire de travail (RHT)

Elle vise à éviter le chômage et garantir le maintien des places de travail
Plus d'informations

2. Pour vous, chef(fe) d'une SA ou Sàrl

Associés - membres d’un organe dirigeant de l’entreprise - détenteurs de participations importantes

La rédution de l'horaire de travail (RHT) s'applique également

Plus d'informations

3. Pour vous, indépendants

Commerçants - entrepreneurs - toute activité exercée en raison individuelle

Demandez l'allocation pour perte de gain

Indemnités journalières correspondant à 80% du revenu brut moyen mais au maximum CHF 196/j.
Plus d'informations

4. Pour les salariés

Télétravail - Droit du travail - Obligation de garder les enfants - mise en quarantaine

Demandez l'APG pour garde d'enfants ou pour quarantaine

Consultez les questions juridiques les plus fréquentes et leurs réponses
Plus d'informations

5. Charges sociales

AVS - AI - APG - AC - AMat

Envisagez le report des paiements

Sans intérêts jusqu'au 30 juin - Possibilités de plans de paiements - Adaptation des acomptes

6. Fiscalité

Impôt sur le bénéfice (cantonal et fédéral) - TVA

Report des délais et plans de paiements

TVA : report sans intérêt jusqu'au 31.12 - IFD : pas d'intérêt moratoire jusqu'au 31.12 - Modification des acomptes

7. Loyer

Bail commercial

Tenter une négociation avec votre bailleur

Solutions alternatives - Réduction temporaire - Délai de paiement

8. Emprunt bancaire

Prêt bancaire transitoire pour palier au manque de liquidités

Cautionnement de la Confédération

Octroi facilité - Prêt sans intérêts - Suspension des amortissements
Plus d'informations

Fidag - Avec vous

En cette période difficile, Fidag est plus que jamais à vos côtés. Nous nous efforçons de répondre rapidement à vos questions et vous aider dans vos démarches :

Le cautionnement des prêts bancaires liés au COVID-19
Le cautionnement des prêts bancaires liés au COVID-19
Le cautionnement des prêts bancaires liés au COVID-19

Retourner aux actualités

Le cautionnement des prêts bancaires liés au COVID-19

Procédure et aspects pratiques - MAJ du 26.03.2020

Dans le contexte du coronavirus, les organismes de cautionnement et la Confédération vont offrir des garanties et cautionner les prêts que les entreprises pourront souscrire pour palier à leurs manques de liquidités.

23.03.2020

Comme nous vous l'annoncions vendredi (voir l'article), le Conseil fédéral a pris conscience du manque de liquidités dont vont souffrir un grand nombre d'entreprises obligées de suspendre leurs activités.

 

L'une des premières mesures consiste à garantir les emprunts bancaires que les entreprises pourront souscrire pour obtenir les liquidités nécessaires au paiement de leurs charges, en particulier des salaires.

 

On parle ainsi de cautionnement et non d'aides versées à fonds perdus par la Confédération, les cantons ou les organismes de cautionnement.

Précisions sur les mesures annoncées le 20 mars 2020

La Confédération a d'ores et déjà annoncé une aide immédiate aux entreprises sous la forme de crédits transitoires spécifiques.

 

Dans les prochains jours, la Confédération va mettre sur pied un programme de garantie de CHF 20 milliards pour que les entreprises affectées par la crise liée au coronavirus puissent obtenir des crédits bancaires transitoires leurs permettant d'acquitter leurs charges. 

 

Le Conseil fédéral va ainsi demander aux Chambres un crédit d'engagement urgent. Ce crédit sera soumis pour approbation à la Délégation des finances des Chambres fédérales dans les prochains jours. Les grandes lignes du projet feront l’objet d’une ordonnance de nécessité qui sera adoptée et publiée en principe cette semaine.

 

Les points importants de cette mesure sont les suivants : 

  • Les entreprises présentant un chiffre d'affaires supérieur à CHF 500 millions sont exclues de cette mesure.
  • Le cautionnement doit permettre aux entreprises qui en ont besoin d'obtenir un prêt bancaire représentant jusqu'à 10 % de leur chiffre d'affaires mais limité à CHF 20 millions de francs au plus.
  • Pour les montants jusqu’à CHF 500'000 : (Selon le Conseil fédéral, les montants jusqu’à 0,5 million devraient couvrir les besoins de plus de 90 % des entreprises touchées par les conséquences de l’épidémie de coronavirus).
    • Les crédits seront garantis à 100% par la Confédération.
    • Le taux d'intérêt sera nul.
    • Les montants seront versés immédiatement par les banques.
    • Pour télécharger le formulaire, suivez ce lien.
  • Pour les montants dépassant CHF 500'000 :
    • Les crédits seront garantis à 85% par la Confédération.
    • Le taux d'intérêt est actuellement fixé à 0,5%.
    • L'octroi du prêt sera soumis à un examen plus approfondi de la banque.

Pour les procédures de cautionnement déjà ouvertes

Pour toutes les entreprises qui ont déjà recours au cautionnement les possibilités suivantes leurs sont offertes :

  • Demander la suspension des amortissements : La suspension des amortissements est en principe accordée par les banques sur demande de l'entreprise pour une durée de 6 à 9 mois. Les demandes de reports d’amortissements de crédits cautionnés en lien avec le COVID-19 continueront de transiter par les agences régionales des centres de cautionnement et seront en principe rapidement accordées par l’administration via un courrier adressé à la banque.
  • Demander l'augmentation de la limite : Les demandes seront étudiées au cas par cas notamment en regard des résultats de l'entreprise au 31 décembre 2019. Relevons également que l'augmentation de la limite de crédit ne devrait pas dépasser la limite initialement accordée lors de la demande de prêt et de cautionnement.

Pour les nouvelles demandes

Toutes les petites et moyennes entreprises, à l'exception du secteur agricole pourront effectuer une demande de cautionnement.

Dans les cas avérés liés au COVID-19, la Confédération prendra à sa charge la finance d'inscription, les frais d'enquête ainsi que la prime de risque pour l'année 2020.

Aujourd'hui, les garanties personnelles demandées dans le cadre de la crise du coronavirus restent pour l'instant identiques à celles demandées dans les cas "ordinaires". Il s'agit en principe :

  • D'une assurance vie risque pur sur la tête du représentant de l'entreprise concernée, pour le montant et la durée du cautionnement.
  • D'un engagement en tant qu'arrière caution pour le 50% de la somme cautionnée.

Procédure actuelle pour obtenir le cautionnement

Pour les demandes de cautionnement de crédits transitoires spécifiques liés au coronavirus, nous vous présentons ci-dessous la procédure et la documentation à remettre :

  • Nous vous conseillons d'effectuer au préalable les démarches liées au chômage partiel. Bien qu'elles soient indépendantes de la demande de cautionnement elles pourront constituer un complément bienvenu en cette période difficile.
  • Identification et quantification de vos besoins (par exemple avec Fidag).
  • Prise de contact avec votre banque habituelle (ou la banque de votre choix) pour évaluer les engagements possibles.
  • Déposer ensuite une demande de cautionnement directement auprès de la banque (vous trouverez les liens vers organismes officiels à la fin de cet article). Les documents suivants devront également être joints :
    • Formulaire d’autorisation de levée du secret bancaire.
    • Descriptif de votre activité et de votre organisation.
    • Impact du COVID-19 sur votre activité, constaté et/ou prévisible, notamment sur vos liquidités, justification de la déficience de votre entreprise par le coronavirus, qui est saine dans des circonstances normales.
    • Preuve d'une situation stable des revenus jusqu'au point d'affaiblissement lié au virus.
    • Description complète et documentée du financement projeté (plan d’investissement, plan de fonctionnement, besoin de fonds, provenance).
    • Bilans et comptes de pertes et profits des 3 dernières années avec rapport de l’organe de révision (si applicable), plus éventuellement une clôture intermédiaire.
    • Relevé bancaire du compte commercial des 3 derniers mois.
    • Budget prévisionnel de l’année en cours et à venir.
    • Évaluation du besoin de capitaux, respectivement du besoin de financement.
    • Descriptif des objectifs de l’entreprise et des prestations offertes.
    • Plan de liquidités à moyen terme.
    • Copie des contrats les plus importants (bail, leasing, achat, remboursement, prêts, hypothèques).
    • Extrait du Registre foncier, évaluation immobilière, valeur officielle (plans, descriptif).
    • État de la situation financière personnelle (copie de la dernière taxation fiscale).
    • Extrait de l’Office des poursuites.

 

Relevons enfin que les demandes ordinaires de cautionnement (sans lien avec COVID-19) resteront traitées directement par les centres de cautionnement cantonaux.

Liens vers les organismes de cautionnement officiels

Fidag - Avec vous

Nous sommes plus que jamais à vos côtés pour vous aider dans vos démarches liées au cautionnement, qu'il s'agisse de définir vos besoins en liquidités ou pour vous aider à établir les formulaires. Nous nous efforçons de répondre rapidement à vos questions :

Coronavirus et Assemblées Générales
Coronavirus et Assemblées Générales
Coronavirus et Assemblées Générales

Retourner aux actualités

Coronavirus et Assemblées Générales

Un pas de plus vers la digitalisation

Parmi les mesures urgentes prises par le Conseil fédéral pour lutter contre l'épidémie de coronavirus figure de manière surprenante l'introduction du droit de vote électronique pour les actionnaires.

20.03.2020

Le coronavirus qui nous frappe actuellement a entraîné la prise de mesures drastiques, mais nécessaires, telles que le confinement de la population. Ces mesures sont notamment matérialisées par l’ordonnance 2 sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (Ordonnance 2 COVID-19, RO 2020 773). 

 

L’Ordonnance 2 COVID-19 pose le cadre légal de l’interdiction des manifestations et de la fermeture des établissements publics et traite également la question des assemblées générales.

 

Si cela peut paraître surprenant de prime abord, rappelons qu’un certain nombre de sociétés sont actuellement en pleine clôture de leurs comptes 2019 et que des assemblées générales avaient déjà été convoquées. Or, en fonction du nombre d’actionnaires, ces assemblées générales peuvent constituer des manifestations justement interdites par l’ordonnance.

Cadre légal

L’article 6a de l’ordonnance pose le cadre légal. En substance :

  • Les assemblées générales peuvent être maintenues.
  • Jusqu’au 19 avril 2020, l’organisateur de l’assemblée générale (en principe le Conseil d’administration) peut imposer aux actionnaires d’exercer leurs droits de vote exclusivement :
    • Par écrit ou sous forme électronique;
    • Par l’intermédiaire d’un représentant désigné par l’organisateur.
  • L’organisateur de l’assemblée générale doit seulement notifier sa décision sous forme électronique aux actionnaires, au plus tard 4 jours avant l’assemblée.

Un pas de plus vers la digitalisation

L’article 6a introduit donc la possibilité d’avoir recours aux médias électroniques pour l’exercice des droits des actionnaires.

 

Cette disposition s’inscrit clairement dans le cadre du projet de révision du droit de la société anonyme. En effet, les articles 701c et suivants du projet de loi introduisent expressément la notion de recours aux médias électroniques.

 

Comme le relève Me. Sébastien Bettschart (« L’assemblée générale et les actionnaires – Avant-projet et projet de révision du droit de la société anonyme », in CEDIDAC, vol. 76, Lausanne 2008, pp 63-95), la notion de recours aux médias électroniques regroupe à la fois :

  • L’exercice à distance des droits des actionnaires, et
  • L’assemblée générale électronique.

 

L’article 6a de l’ordonnance 2 COVID-19 ne va pas aussi loin et se contente de faire référence à l’exercice des droits des actionnaires sous forme électronique. Toutefois, et comme le souligne également Me Sébastien Bettschart, la participation à distance à l’assemblée générale sous forme électronique nécessite que l’assemblée générale soit elle-même retransmise par des médias électroniques.

 

Compte tenu du contexte, nous n’en voudrons pas au législateur qui a principalement souhaité permettre aux sociétés de s’organiser différemment en évitant le contact entre les actionnaires, tout en maintenant le bouclement des comptes 2019.

A retenir

Ainsi, pendant cette période de confinement, le conseil d’administration en charge de l’organisation d’une assemblée générale pourra imposer aux actionnaires d’user de leurs droits de manière électronique pour autant qu’il le leur notifie 4 jours avant ladite assemblée (et qu’il organise ladite assemblée de manière électronique).

 

Cette possibilité constitue une première en droit commercial et surtout le prélude de la révision du droit de la société anonyme. 

 

Pour le surplus, il conviendra d’appliquer les règles en vigueur sur les droits des actionnaires (art. 689 ss CO) ainsi que sur l’organisation de l’assemblée générale (art. 698 ss CO).

Fidag - Avec vous

En ces temps difficiles, Fidag est plus que jamais à vos côtés pour vous aider à boucler vos comptes et tenir les assemblées générales. Nous nous efforçons de répondre rapidement à vos questions :

L’allocation perte de gain pour les indépendants
L’allocation perte de gain pour les indépendants
L'allocation perte de gain pour les indépendants

Retourner aux actualités

L'allocation perte de gain pour les indépendants

Une mesure du Conseil fédéral pour limiter les effets de la crise du coronavirus

En lien avec les mesures édictées par le Conseil fédéral relatives à l’épidémie de Coronavirus, les indépendants (y compris les artistes indépendants) peuvent, à compter du 17 mars 2020 (rétroactivement), bénéficier d’indemnités pour perte de gain à certaines conditions.

26.03.2020

A quelles conditions ?

Deux conditions principales doivent être satisfaites :

  • L'indépendant doit subir une perte de gain en raison d'une mesure prise par le Conseil fédéral (en vue de lutter contre l'épidémie) :
    • Voici quelques exemples d'activités concernées :
      • Les entreprises touchées par l'interdiction des manifestations publiques ou privées (y compris les manifestations sportives et les activités associatives).
      • Les entreprises touchées par la fermeture des établissements publics : Magasins et marchés, les prestataires offrant des services impliquant un contact physique (salons de coiffure, esthéticienne, tatoueurs, etc.), les restaurants, les bars - discothèques - salons érotiques, les établissements de divertissement et de loisirs.
    •  Ainsi, les indépendants qui ne sont pas touchés par les mesures prises par le Conseil fédéral mais qui subissent une perte de revenus liée à une baisse ou à un défaut de client, ainsi que ceux qui ont décidé de fermer leur entreprise, n'ont pas le droit à l'allocation.
  • L'indépendant ne doit pas percevoir une autre indemnisation sous quelque forme que ce soit : L'allocation perte de gain est subsidiaire. Si l'indépendant touche d'autres prestations publiques ou privées en lien avec la perte de gain, il ne peut pas prétendre à cette mesure.

 

Relevons que les frontaliers indépendants ont également droit à cette allocation pour autant que les conditions précitées soient remplies. Ils n'y ont toutefois pas le droit si l'activité ne peut pas être exercée en raison de la fermeture des frontières.

A partir de quand et pour combien de temps les indépendants ont-ils le droit à cette allocation ?

Le droit prend naissance le jour à partir duquel toutes les conditions sont remplies, soit au plus tôt le 17 mars 2020.

 

Le droit prendra fin lorsque les mesures destinées à lutter contre le coronavirus seront levées par les autorités.

Quarantaine et allocation pour perte de gain

En cas de mise en quarantaine ordonnée par un médecin, l'indépendant a également droit à l'allocation pour perte de gain.

 

Dans ce cas, la durée de l'allocation est limitée à 10 indemnités journalières. Le montant des indemnités journalière reste inchangé.

Quel est le montant de l'allocation ?

L'indemnité se monte à 80 % du revenu moyen brut de l'activité lucrative obtenu avant le début du droit.

 

L'allocation est limitée au maximum à CHF 196 par jour, soit une allocation maximale de CHF 71'540/an.

Comment effectuer la demande d'allocation ?

L'indépendant doit faire la demande auprès de la caisse de compensation auprès de laquelle il est affilié pour ses charges sociales.

 

La demande doit être faite au moyen du formulaire 318.758 disponible ici.

Fidag - Avec vous

Nous vous assistons pour l'établissement du formulaire de demande d'allocation et nous nous efforçons de répondre rapidement à vos questions :

Réduction de l’horaire de travail (RHT)
Réduction de l’horaire de travail (RHT)
Réduction de l'horaire de travail (RHT)

Retourner aux actualités

Réduction de l'horaire de travail (RHT)

Fidag vous propose sa FAQ - Mise à jour du 25.03.2020

La réduction de l’horaire de travail (RHT) constitue une aide aux entreprises pour faire face à une baisse passagère de l’activité en période économique difficile. Elle vise à éviter le chômage et garantir le maintien des places de travail

23.03.2020

C'est quoi ?

La réduction de l’horaire de travail (RHT) constitue une aide aux entreprises pour faire face à une baisse passagère de l’activité en période économique difficile. Elle implique la réduction temporaire du travail contractuel ordonnée par l’employeur en accord avec les employés concernés, sachant que la relation de travail est maintenue.

  • Elle vise à éviter le chômage et garantir le maintien des places de travail.
  • Elle est soumise à l’approbation de l’office cantonal du travail dans le cadre d’une demande. Le formulaire de demande est le même dans tous les cantons.

A quelles conditions ?

  • Les employeurs employant des travailleurs dont la durée normale de travail est réduite ou l’activité suspendue.
  • Sont concernés : Les employés tenus de cotiser à l’assurance ou n’ayant pas atteint l’âge minimum de l’assujettissement aux cotisations AVS (64/65 ans).
  • La perte de travail constitue au moins 10% de l’ensemble des heures de travail normalement effectuées par les travailleurs au cours de la période pour laquelle le décompte est établi.
  • Le congé (licenciement) n’a pas été donné.
  • La réduction de l’horaire de travail est vraisemblablement temporaire et l’on peut admettre qu’elle permettra de maintenir les emplois en question.
  • Motifs indépendants de la volonté de l’employeur, par exemple :
    • Réduction de l’offre des transports publics,
    • Mesure décrétée par les autorités,
    • Interdiction d’exploitation,
    • Diminution de l’activité d’import/export,
    • Difficultés de livraison,
    • Défaut de clientèle.

 

Suite à l'annonce du Conseil fédéral du 20 mars dernier, ont également désormais droit à la RHT :

  • Salariés au bénéfice d’un contrat à durée déterminée.
  • Les intérimaires (personnes au service d’une agence de travail temporaire).
  • Les travailleurs sur appel dont le taux d’occupation varie en moyenne de plus de 20%.
  • Les apprentis.
  • Les associés, membres d’un organe dirigeant de l’entreprise ou les détenteurs de participations financières ayant une influence considérable dans la prise de décision de l’entreprise pour autant qu’ils soient salariés de l’entreprise ainsi que leurs conjoints (ou partenaires enregistrés) pourront escompter une indemnisation sur une base de CHF 3'320 mensuel pour un poste à temps plein.

 

Relevons également que les salariés ne sont plus tenus de liquider les heures supplémentaires avant de pouvoir bénéficier du chômage partiel.

Qui n'a pas le droit ?

  • Les indépendants et leurs conjoints occupés dans l’entreprise (voir l'article sur l'allocation perte de gain pour indépendants).
  • La réduction de l’horaire de travail est non déterminée ou l’horaire de travail n’est pas suffisamment contrôlable (par exemple les employés temporaires).
  • Les employés qui suspendent de leur propre volonté leur activité professionnelle pour des motifs personnels tels que la maladie, la peur de contracter le virus ou des obligations familiales (par exemple, s’occuper d’un membre de la famille malade ou des enfants suite à la fermeture des écoles et des crèches).

Perte de travail à charge pour l'entreprise

Depuis le 20 mars dernier, le délai d'attente est supprimé. L'intégralité de la perte de travail est supportée dans le cadre de la RHT.

Comment faire la demande

L’employeur doit aviser par écrit le service juridique de l’Office cantonal du travail avec le formulaire (même formulaire pour tous les cantons – Formulaire 716.300f) avec toutes les informations et documents requis.

 

Dans le cadre du COVID-19, la liste des documents et informations à fournir a été allégée (MAJ suite à l'annonce du 20.03.2020) :

  • L’employeur doit compléter les chiffres 1 à 8 du formulaire, comme pour une demande standard.
  • Pour le reste, l’employeur doit seulement expliquer de façon crédible, que les pertes de travail auxquelles il s’attend dans son entreprise sont dues à l’apparition du Coronavirus. En particulier, il doit répondre aux questions suivantes :
    • Champ d’activité de l’entreprise (rubrique 9a).
    • Chiffre d’affaires mensuel des 2 dernières années (rubrique 10b). Si les comptes 2019 ne sont pas encore finalisés, il faut le préciser et mentionner le chiffre d’affaires réalisé en 2017 et 2018.
    • Motifs (rubrique 11a).
    • Commandes retardées (rubrique 11c).
  • Confirmer par écrit dans le préavis que tous les travailleurs touchés par la réduction de l'horaire de travail sont d'accord avec l'introduction de la RHT.
  • Fournir un organigramme de l'entreprise.
  • Il est nécessaire de transmettre les informations sur le chiffre d'affaires et le nombre de commandes retardées (afin d'exclure les risques d'exploitation habituels).
  • Si les points précédents sont satisfaits, l’employeur ne doit pas compléter les chiffres 9 à 12 du formulaire.

 

Il n'y a désormais plus de délai de préavis pour effectuer l'annonce (mesure exceptionnelle du 25.03.2020 liée au COVID-19).

 

L’autorisation est en principe valable 6 mois (depuis le 25.03.2020).

 

Lien vers les formulaires nécessaires (valable pour tous les cantons).

Où faire la demande ?

En principe, la demande doit être envoyée dans le canton d'activité de l'entreprise ou du secteur d'exploitation concerné. Par simplification, il est également autorisé de regrouper tous les préavis et de les envoyer dans le canton du siège de l'entreprise. Chaque secteur d'activité doit néanmoins présenter un préavis séparé.

 

Liens pour le dépôt des demandes RHT :

  • Genève
  • Jura : M. Gilles Coullery (Service de l’économie et de l’emploi, Rue de la Jeunesse 1, 2800 Delémont / 032 420 52 10)
  • Valais
  • Vaud : Uniquement par écrit au Service de l’emploi Instance juridique chômage, rue Marterey 5, 1014 Lausanne.

Montant de l'indemnisation

L’indemnité couvre 80 % du salaire pris en considération avec un maximum de CHF 12’350/mois.

La mise en pratique de la RHT

  • L’employeur avance le montant de l’indemnité en la versant aux travailleurs le jour de paie habituel.
  • L’employeur prend en charge le délai d’attente (1 jour, voir ci-dessus).
  • L’employeur retient les charges sociales prévues par les dispositions légales et contractuelles comme si la durée de travail était normale.
  • A l’expiration de chaque période de décompte (en principe 1 mois), l’employeur envoie à la caisse de chômage son décompte. La caisse le vérifie et rembourse l’indemnité dans un délai d’un mois. La caisse de chômage prend également en compte la part patronale des cotisations sociales qui doit être versée sur la différence entre le taux d’activité et le taux de perte de travail.

Durée d'indemnisation

Pour les entreprises affichant une perte de travail de plus de 85%, la RHT peut être perçue pendant 4 mois au maximum. Pour des pertes de travail inférieures, la durée maximale est de 12 mois dans un délai de 2 ans.

Fidag - Avec vous

En ces temps difficiles, Fidag est plus que jamais à vos côtés et répond à vos questions rapidement :

Travail à domicile et droit du travail
Travail à domicile et droit du travail
Travail à domicile et droit du travail

Retourner aux actualités

Travail à domicile et droit du travail

Questions et réponses sur les problématiques actuelles - MAJ du 27.03.2020

Les mesures de confinement prises par le Conseil fédéral entraînent une réorganisation des modalités de travail en favorisant notamment le home office (télétravail). Faisons le point sur les questions les plus récurrentes

19.03.2020

A t-on un droit au télétravail ?

En principe non.

 

L’employeur doit prendre les mesures appropriées et nécessaires pour protéger la santé de ses employés en appliquant notamment les recommandation de l'OFSP.

 

Si l'employeur n'a pas mis en place le télétravail (ou qu'il ne peut pas), il n’est pas obligé de verser un salaire aux collaborateurs en bonne santé qui ne se présentent pas à leur place de travail par peur d’être contaminé par exemple. Un tel comportement pourra s’apparenter à un abandon de poste, entraînant un licenciement avec effet immédiat et des sanctions dans le cadre des indemnités de chômage.

 

Une exception demeure pour les personnes particulièrement à risque exposées à un risque accru de contamination sur le lieu du travail (personnes de plus de 65 ans et/ou présentant des problèmes de santé (maladies des poumons, diabète, hypertension, problèmes cardio-vasculaires, cancer, etc.). Il en va de même pour les personnes présentant une suspicion de coronavirus. Ces personnes ont le droit de rester chez elle (et doivent le faire).

A t-on une obligation de travailler à domicile ?

Oui, si le travail à domicile est ordonné par l'employeur.

 

L’employeur devra néanmoins mettre les outils de travail nécessaires à la disposition de ses employés (ordinateur, accès à distance, etc.).

 

Relevons également qu'au vu de la situation exceptionnelle, les travailleurs frontaliers qui effectuent du télétravail depuis leur domicile en France ne devraient pas voir leur situation modifiée au regard des charges sociales (indépendamment des règles applicables normalement).

Puis-je garder mon enfant malade ?

Oui.

 

Sur présentation d’un certificat médical, le temps nécessaire à la garde d’un enfant malade doit être octroyé jusqu’à une absence de 3 jours par cas de maladie.

 

Si l'absence devait se prolonger, toujours pour des raisons médicales, l'employeur pourrait répercuter cette absence sur les vacances de l'employé, voire sur son salaire (en l'absence de solde de vacances ou d'heures supplémentaires non compensées).

 

Il est généralement demandé aux parents de modifier leur organisation pour s'adapter aux circonstances et trouver rapidement une solution pour la garde de leur enfant.

Je dois garder mes enfants (non malades), ai-je droit aux allocations pour perte de gain (APG) ?

Oui.

 

  • Modalités et conditions générales :
    • Les indépendants comme les salariés peuvent prétendre à une indemnisation si la garde de leurs enfants de moins de 12 ans par des tiers n'est plus assurée.
    • Lorsque l'on parle de "garde par des tiers", il peut s'agir d'écoles maternelles, de structures d'accueil collectif de jour, d'écoles, ou encore de personnes vulnérables (grands-parents).
    • Si l'activité des parents peut être effectuée en télétravail, ceux-ci n'ont pas droit à une indemnité.
    • L'indemnité n'est également pas octroyée pendant les vacances scolaires (pour les vacances de Pâques par exemple).
    • Si les deux parents travaillent, il n'y a pas de cumul des allocations. En principe, c'est le premier des parents qui a déposé la demande qui la verra aboutir.
    • Rappelons enfin qu'il s'agit d'une allocation subsidiaire. Si d'autres prestations sont perçues (assurance sociale ou privée ou RHT), l'allocation perte de gain n'est pas allouée.

 

  • Délai d'application de la perte de gain :
    • Le droit à l'allocation prend effet le 4e jour suivant la réalisation des conditions en cas de garde d'enfants, soit dès le 19 mars 2020 au plus tôt (fermeture des écoles le 16 mars 2020). Il y a donc un délai de carence de 3 jours pendant lequel aucune indemnité n'est versée.

 

  • Pendant combien de temps l'indemnité est versée :
    • L'allocation est limitée à 30 indemnités journalières au maximum.

 

  • Quel est le montant de l'indemnité :
    • A l'instar de l'allocation pour perde de gain des indépendants, l'indemnité journalière correspond à 80% du revenu moyen de l'activité lucrative.
    • L'indemnité est toutefois limitée à CHF 196 par jours.

Je suis suspecté d'avoir le virus ou je l'ai malheureusement attrapé et mon médecin m'a mis en quarantaine. Ai-je droit aux APG ?

Oui.

  • Modalités et conditions générales :
    • Il doit s'agir d'une mise en quarantaine ordonnée par un médecin compte tenu des symptômes ou du diagnostique.
    • Les autres conditions sont les mêmes que pour l'allocation perte de gain pour la garde d'enfant, notamment du point de vue de la subsidiarité de cette aide.

 

  • Délai d'application de la perte de gain :
    • Il n'y a pas de délai de carence. Le droit aux indemnités prend effet dès que toutes les conditions sont réalisées et que la quarantaine est ordonnée par le médecin.

 

  • Pendant combien de temps l'indemnité est versée en cas de quarantaine :
    • L'allocation est limitée à 10 indemnités journalières au maximum.

 

  • Quel est le montant de l'indemnité :
    • A l'instar de l'allocation pour perde de gain des indépendants ou pour la garde d'enfants, l'indemnité journalière correspond à 80% du revenu moyen de l'activité lucrative.
    • L'indemnité est toutefois limitée à CHF 196 par jours.

Si je tombe malade, mon salaire continue t-il d'être versé ?

En principe oui.

 

L’employeur doit verser le salaire en fonction de la durée des rapports de travail et selon l’échelle appliquée par le canton (zurichoise, bâloise ou bernoise).

 

Dans les cantons de Genève, Jura, Valais et Vaud, l'échelle bernoise est appliquée et l'employeur est tenu au versement des salaires comme suit :

  • 3 semaines pendant la première année de service.
  • 1 mois pendant la deuxième année de service.
  • 2 mois durant la 3e et la 4e année de service.

 

Si l'employeur a souscrit une assurance perte de gain maladie, la prise en charge s'effectue selon le contrat d'assurance. Usuellement (sous réserves de dispositions contractuelles différentes) :

  • L'employeur supporte un délai de carence de 30 jours pendant lequel il est tenu au versement du salaire.
  • Passé ce délai, l'assurance verse 80 % du salaire de l'employé.
  • Le versement dure 730 jours (180 jours pour les personnes ayant atteint l'âge de la retraite).

Mon employeur doit fermer l'entreprise sur ordre de l'autorité. Ai-je droit à mon salaire ?

Oui.

 

Les employés ont droit de recevoir leur salaire.

En cas de difficultés pour l’employeur, celui-ci peut mettre en place les mesures de réduction de l’horaire de travail (RHT).

En savoir plus

Mon employeur peut-il supprimer mes vacances ou m'obliger à faire des heures supplémentaires ?

Oui.

 

Si des raisons graves le justifient, l’employé peut être amené à reporter ses vacances ou à faire des heures supplémentaires. Cela pourra notamment être le cas du personnel médical.

 

Dans les autres cas, l’employeur pourra revoir les vacances déjà planifiées ultérieurement dans l’année, moyennant un délai de 3 mois devant permettre à l’employé de se réorganiser.

 

Mon employeur peut-il m'obliger à prendre un congé sans solde ?

Non.

 

L’employeur n’est pas autorisé de contraindre ses employés à prendre un congé non payé. Il est tenu de continuer à leur verser leur salaire.

En cas de difficultés pour l’employeur, celui-ci peut mettre en place les mesures de réduction de l’horaire de travail (RHT).

En savoir plus

Dois-je m'inscrire au chômage ?

Oui.

 

En cas de licenciement. Compte tenu de la situation actuelle liée au coronavirus, relevons qu'il est désormais possible de s'annoncer par téléphone sans se présenter personnellement.

Fidag - Avec vous

En ces temps difficiles, Fidag est plus que jamais à vos côtés et répond à vos questions rapidement :

Déclaration fiscale 2019
Déclaration fiscale 2019
Déclaration fiscale 2019

Retourner aux actualités

Déclaration fiscale 2019

Prolongation des délais de dépôt des déclarations fiscales 2019

Contraintes de s'adapter au ralentissement provoqué par le coronavirus, les administrations fiscales ont repoussé les délais de retour des déclarations fiscales 2019.

24.03.2020

La fin du premier trimestre coïncide en principe avec le délai de retour des déclarations fiscales, même si des demandes de délais sont toujours possibles.

 

En raison de la pandémie de COVID-19 qui sévit, la plupart des administrations fiscales ont fermé leurs guichets et réduit leurs activités.

 

Si la question d’une prolongation officielle et automatique des délais de retour des déclarations fiscales n’était pas claire jusqu’à présent, les administrations fiscales cantonales ont désormais communiqué à ce sujet.

 

Quand bien même les problématiques de déclarations fiscales peuvent sembler accessoires dans le contexte actuel, Fidag vous présente les nouveaux délais à retenir.

Le point sur les délais

  • Genève : 31.05.2020.
    • Y compris pour les rectifications impôt source et les déclarations quasi-résident.
    • Cette prolongation automatique est gratuite.
    • Pour l'instant les demandes de délais au-delà du 31.05.2020 resteront facturées CHF 20 par l'Afc et devraient être accordées au 30.06.2020.

 

  • Jura : 14.08.2020.
    • Le délai légal était fixé au 29 février dernier, mais l’administration accordait généralement un délai tacite au 15 mai 2020, sans formalités particulières.
    • Dans sa dernière communication du 24 mars, l'administration fiscale a confirmé le nouveau délai du 14.08.2020.
    • Au-delà, il conviendra de demander un délai.
    • La demande de délai est en principe facturée CHF 30 par l’autorité.
    • Le délai sera en principe octroyé au 31.10.2020.

 

  • Valais : 31.05.2020.
    • Y compris pour les rectifications impôt source.
    • Cette prolongation est gratuite et sans demande du contribuable.
    • Sans nouvel ajustement du calendrier un délai supplémentaire sera octroyé sur simple paiement d’un émolument de CHF 20 avant le 31.05.2020.
    • Le délai devrait être accordé au 31.07.2020 pour les personnes salariées.
    • Le délai devrait être accordé au 31.10.2020 pour les indépendants et les représentants fiscaux.
    • Un ultime délai au 31.12.2020 pourra être accordé dans certains cas particuliers.

 

  • Vaud : 30.06.2020.
    • En matière d'impôt à la source, le délai légal au 31 mars est maintenu. L'administration a toutefois annoncé qu'elle apprécierait avec souplesse les motifs à l'origine de retard compte tenu du contexte. Dans le même sens, les demandes de rectification d'impôt source pourront exceptionnellement être effectuées par email.
    • Pour les déclarations ordinaires, le délai légal était fixé au 15 mars dernier.
    • Usuellement, l’administration fiscale accorde un délai de tolérance au 30 juin 2020 et n’a donc pas ajusté son calendrier fiscal en conséquence.
    • Une demande de délai peut être effectuée en utilisant les e-démarches.
    • Pour les demandes de délais effectuées entre le 15 mai et le 30 juin, l’administration octroi un délai au 30.09.2020.

 

  • Neuchâtel : 30.04.2020.
    • L'administration fiscale n'a pas communiqué sur un report de délai lié au COVID-19.
    • Une demande écrite et motivée doit être déposée au service des contributions.
    • Le délai est accordé au 30.04.2020 et la demande est gratuite si elle effectuée avant cette date.
    • Toute demande ultérieure est facturée CHF 40.
    • Aucun délai ne sera accordé au-delà du 31.10.2020.

 

  • Fribourg : 30.06.2020.
    • Report automatique et sans formalités du délai pour les contribuables.
    • Le délai pourra ensuite être prolongé moyennant un émolument de CHF 20.
    • Si vous avez déjà payé pour une prolongation (demande faite avant le report automatique), votre délai sera prolongé au 31.08.2020.
    • Les demandes de délais ultérieures devront être traitées au moyen d’un formulaire spécifique.
  •  

Quid en cas de non-respect du délai de retour de la déclaration fiscale ?

S’il faut saluer l’adaptation du calendrier fiscal et la tolérance des administrations, le dépôt de la déclaration restera une obligation importante des contribuables, même après la crise du coronavirus.

 

Si vous ne déposez pas votre déclaration fiscale dans le délai ou que vous ne sollicitez pas de prolongation de délai, la procédure est relativement similaire d’un canton à l’autre. L’autorité vous adressera en principe un ou plusieurs rappels, suivi(s) d’une sommation. Ces rappels et sommations vous seront facturés par l’administration fiscale de votre canton.

 

Si malgré la sommation vous ne déposez toujours pas votre déclaration fiscale, l’administration procèdera à une taxation d’office sur la base d’éléments estimatifs. Cette taxation d’office est assortie d’une amende d’ordre pouvant atteindre CHF 1'000. Il sera possible de contester cette taxation d’office au moyen d’une réclamation déposée dans le délai, mais l’amende restera due.

De l'intérêt de faire appel à des professionnels de la fiscalité

La crise économique du coronavirus soulève actuellement des problématiques bien plus graves que l’établissement de la déclaration fiscale. Espérons que la propagation du virus pourra rapidement être endiguée et que l’activité économique reprendra dès que possible.

 

Dans ce contexte, Fidag est d’ores et déjà à votre disposition pour vous aider à traverser cette crise et vous assister dans toutes vos démarches.

 

Même si elle n’est pas prioritaire, l’établissement de votre déclaration fiscale pourra être traitée rapidement, professionnellement et de manière 100 % électronique pour respecter les mesures de confinement.

 

Vous dégagerez ainsi du temps pour vous concentrer sur tous les autres aspects de votre vie privée et professionnelle qui nécessitent actuellement votre attention.

Fidag - Avec vous

Même dans le contexte actuel avec toutes les autres problématiques, n'hésitez pas à nous contacter pour l'établissement de votre déclaration fiscale ou pour toute question y relative. Nous nous efforçons de répondre rapidement à vos questions :

Réduire les effets de la crise économique du coronavirus
Réduire les effets de la crise économique du coronavirus
Réduire les effets de la crise économique du coronavirus

Retourner aux actualités

Réduire les effets de la crise économique du coronavirus

Le train de mesures du 20 mars 2020

Dans le cadre de la conférence de presse du Conseil fédéral tenue cet après-midi, des mesures économiques ont été prises pour atténuer les conséquences du confinement. Fidag vous présente les mesures destinées aux entrepreneurs.

20.03.2020

Face au désastre économique provoqué par le confinement actuel, les entrepreneurs et les sociétés ont manifesté toute la semaine leurs inquiétudes et leur mécontentement relatifs à l’absence de mesures les protégeant.

 

Rappelons, s’il le fallait encore que la plupart des mesures visant la réduction de l’horaire du travail ou le chômage ne sont en principe applicables qu’aux salariés « classiques ». Les salariés détenant des parts ou des actions de leur société ainsi que les indépendants ne sont pas protégés par les assurances sociales usuelles.

 

Le Conseil fédéral a souhaité rassurer les entrepreneurs en présentant différentes mesures pour limiter les dégâts de la crise économique.

Amélioration des liquidités

La plupart des entrepreneurs et des sociétés travaillent souvent en flux tendu en matière de liquidités. Le principal problème du confinement est lié à l’absence de rentrée de liquidités avec la fermeture des entreprises et les baisses de demandes. Dans le même sens, les charges ne sont pas suspendues et doivent être réglées au point que les entrepreneurs ne peuvent plus assumer leurs frais courants.

 

La Confédération a donc annoncé les mesures suivantes :

  • Cautionnement : La Confédération va débloquer 20 milliards au titre de cautionnement pour que les entreprises puissent obtenir un crédit bancaire représentant jusqu’à 10% de leur chiffre d’affaires (plafonné à 20 millions maximum). Nous reviendrons plus en détail sur les mesures de cautionnement dans notre prochain article en début de semaine prochaine.
  • Report du versement des contributions sociales : Il sera désormais possible de reporter le versement des cotisations sociales. L’examen du report sera de la responsabilité des caisses de compensation. Relevons que la plupart des caisses de compensation avaient déjà accepté cette semaine la mise en place de plans de paiements pour les indépendants.
  • Absence d’intérêts de retard, d’intérêts moratoires et remboursement des créances :
    • Les versements à la TVA ainsi qu’à certains droits de douane pourront être reportés sans intérêts de retard, jusqu’au 31 décembre 2020.
    • Aucun intérêt moratoire ne sera perçu pour la TVA et pour l’impôt fédéral direct jusqu’au 31 décembre 2020.
    • L’AFC a enjoint ses différents départements de rembourser les contribuables créanciers sans attendre l’expiration des délais de paiement.
  • Suspension des poursuites et des faillites : du 19 mars au 4 avril 2020, les débiteurs ne pourront plus être poursuivis.

Extension du chômage partiel

Le droit à l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail que nous vous avons présenté cette semaine (voir l'article) sera étendu et le dépôt de la demande facilité. Voici les principales mesures :

  • La RHT sera également applicable aux personnes suivantes :
    • Apprentis.
    • Intérimaires.
  • Le chômage partiel pourra également être accordé aux associés et actionnaires des PME qui travaillent également comme salariés de leur structure.
  • Suppression du délai de carence qui avait été préalablement abaissé à 1 jour.
  • Plus de nécessité de compenser en priorité les heures supplémentaires pour pouvoir bénéficier de la RHT.
  • Simplification du traitement des demandes pour permettre le versement des salaires sous forme d’avance d’indemnité en cas de chômage partiel.

Indemnité en cas de perte de gain pour les indépendants

Les indépendants qui subissent une perte liée au coronavirus seront indemnisés s’ils ne bénéficient pas déjà d’une indemnité ou de prestations d’assurances.

 

Nous vous proposerons un article spécifique en début de semaine prochaine.

Allocation pour perte de gain pour les salariés

Les travailleurs qui doivent s’occuper de la garde de leurs enfants pourront prétendre à une indemnisation.

 

Il en va de même en cas des cas de quarantaine ordonnée par un médecin.

 

Ces indemnités seront fournies sur la base de l’assurance perte de gain selon les modalités suivantes :

  • 80 % du salaire.
  • Plafonnement à CHF 196/jour.
  • Plafonnement à 10 jours pour les personnes en quarantaine.

Autres mesures

D’autres mesures ont également été prises par la Confédération dans les domaines culturel et touristique :

  • CHF 280 millions pour indemniser le monde culturel qui a vu toutes ses manifestations annulées.
  • CHF 100 millions pour les organisations sportives dont CHF 50 millions sous forme de prêts remboursables (pour le sport professionnel) et CHF 50 millions sous forme de subventions (pour les organisations bénévoles).
  • Renonciation de la Confédération au remboursement du solde du prêt de CHF 5,5 millions accordé à la société suisse de crédit hôtelier (SCH).

Fidag - Avec vous

Nous réitérons notre engagement de vous accompagner en cette période difficile. Nous continuerons de vous informer régulièrement des mesures prises et de leurs mises en application. Nous nous efforçons de répondre rapidement à vos questions :

Fidag s’implante dans le canton du Jura
Fidag s’implante dans le canton du Jura
Fidag s’implante dans le canton du Jura

Retourner aux actualités

Fidag s’implante dans le canton du Jura

Après Genève et Lausanne, FIDAG poursuit sa croissance en développant ses activités dans le canton du Jura.

La nouvelle société disposera de la taille suffisante et de l'ensemble des compétences pour assurer une présence forte sur le marché et investir dans la digitalisation de ses activités, avec l'ambition de devenir une fiduciaire 4.0 à l'horizon 2021.

21.01.2020

FIDAG entre dans le capital-actions d’une nouvelle entité, qui verra la Fiduciaire Juravenir SA et les sociétés du Groupe Transjurane (Fiduciaire Transjurane SA, Audit Transjurane SA, François Chapatte S.A. et REVICOM SA), à Delémont, fusionner. Ce regroupement donnera naissance à la plus importante fiduciaire du Canton du Jura avec trente-cinq collaborateurs. FIDAG SA, avec 136 collaborateurs, consolide sa position de 1re société d’audit avec un siège en Suisse romande et de 7e société d’audit en Suisse en termes de nombre de mandats d’audit.

 

La nouvelle société disposera de la taille suffisante et de l’ensemble des compétences pour assurer une présence forte sur le marché et investir dans la digitalisation de ses activités, avec l’ambition de devenir une fiduciaire 4.0 à l’horizon 2021. FIDAG SA offrira aussi l’agrément et les capacités nécessaires pour assumer la fonction d’organe de révision dans la plupart des secteurs d’activité, notamment les communes, les caisses de pensions et les sociétés ouvertes au public. Les partenaires souhaitent aussi offrir de nouvelles perspectives et évolutions de carrière à leur personnel.

 

Les associés et directeurs actuels, à savoir Mme Aude Saunier Bregnard, M. Jean‑Luc Boillat, M. Michel Bouele, M. José Jolissaint, M. Claude Mertenat et M. Bernard Seeger, conservent leurs mandats et continueront d’être les personnes de référence pour leurs clients et partenaires.

Voir toutes les nouvelles